2014 – Grèce

Une petite balade dans le sud de l’Europe

carte_grece

Dimanche 3 août 2014

Le réveil à 3h30 du matin est très difficile. Après une journée passée en famille à côté de Toulon, il nous faut prendre notre avion à Nice en direction d’Athènes. L’embarquement est prévu à 6h45 et le décollage à 7h15. Il fait déjà bien chaud pour cette heure matinale, le short et les manches courtes sont de rigueur.

Après deux heures de vol, nous posons notre premier pied sur le sol grec, plus précisément sur le tarmac de l’aéroport. Il est 10h45 quand nous récupérons les bagages (ne cherchez pas l’erreur, il y a une heure de décalage). Nous devons retrouver le loueur de camping-car qui nous attend quelque-part, à la sortie du terminal. Mon téléphone a beaucoup de mal à accrocher les antennes grecques … c’est bien dommage car notre contact doit m’appeler à ce numéro. Après presque 20 minutes d’attente, mon téléphone sonne enfin et nous pouvons retrouver le loueur un peu plus loin, au dépose-minute de l’aéroport.

Pendant le trajet vers son dépôt, il nous explique les quelques règles de base à respecter pour un camping-cariste en Grèce, comme toujours garder un pied sur le frein (les grecs ne sont pas toujours respectueux du code de la route). Il n’y aura normalement pas de problème pour dormir en sauvage, juste faire marcher le commerce local (bar, minimarket) et demander l’autorisation quand on dort sur un parking des dits commerces. Après les papiers de la location, l’installation dans le véhicule et le briefing avant départ, nous partons enfin à l’aventure au pays des dieux de l’Olympe !

Première mission, trouver un restaurant. Il est déjà 14h, et nous n’avons toujours pas mangé depuis l’avion. Sur l’autoroute, nous achetons des sandwiches dans une aire de service. Il nous faudra aussi rapidement trouver un magasin pour nos premières courses, mais ça ne va pas être facile un dimanche.

Après une heure de route, nous faisons une petite étape à Korinthos pour admirer depuis un pont le canal du même nom. La tranchée creusée pour raccorder les deux mers est très impressionnante.

IMG_0001

IMG_0005

Nous repartons ensuite sur les petites routes en direction de Methana pour une retrouvaille avec mon frère. Je ne l’ai pas vu depuis une dizaine d’année, et il habite en Grèce. C’est le moment idéal pour passer quelques jours avec lui.

Vers 19h, nous arrivons sur le port de Methana. Philippe nous rejoint et nous passons directement à la plage. La mer nous tend les bras. L’eau est très agréable en cette fin de journée.

IMG_0009

IMG_0008

La soirée se fini autour d’un Souflaki, genre de Kebab traditionnel grec.

Lundi 04 août 2014

Après une nuit un peu agitée (le port est resté bruyant assez tard), nous nous préparons tranquillement et attendons Philippe. Notre programme de la journée : visite de la ville principale de l’île de Poros (juste en face de Galatas, le port où nous prenons le bateau) et visite de quelques ruines à côté de Trisilia.

Nous arrivons sur le port de Galatas vers midi. Nous avons de la chance, le bateau permettant de traverser est prêt à partir. De toute façon, il fait l’aller retour en 20 minutes, l’attente n’aurait pas été très longue.

La traversée est très rapide et nous débarquons vite sur l’île. Le village est très typique avec des petites ruelles en escalier et ses maisons blanches accrochées à la montagne. Nous longeons le port afin de trouver un petit restaurant pour manger. Il faut très très chaud, un peu d’ombre et des boissons bien fraîches nous ferons le plus grand bien.

IMG_0018

Après un bon repas à base de salade et de feta, nous partons nous perdre dans les minuscules rues piétonnes (presque toutes en pente avec des marches). Quand je dis « nous perdre », ce n’est pas tout à fait vrai. Philippe sait exactement où il va. Il nous emmène rendre visite à la doyenne de sa belle-famille, une très gentille dame que j’avais rencontré des années auparavant en France. Elle nous sert un traditionnel café grec. C’est un café très doux qui est cuit directement dans l’eau (sucrée si besoin), dans une toute petite casserole. Quand il est servi, un dépôt de marc de café assez épais se dépose dans le fond de la tasse. Il ne reste plus qu’à boire le café qui est en surface. Même s’il était excellent, je l’ai trouvé un peu trop chaud pour la température que nous avons subi en extérieur.

IMG_0029

Nous repartons par le bateau vers Galatas pour repartir en camping-car vers les ruines de Trisilia. Nous nous trompons de site et faisons finalement une balade jusqu’au pont du Diable (petit pont de pierre avec un ruisseau très très bas en dessous, dans une crevasse). Nous croisons en chemin une tour antique où on voit clairement le bas en grosses pierres (les restes de la construction grecque) et le haut en petites briques (reconstruit par les romains lors de leur occupation). La vue sur la région en contrebas est féerique !

IMG_0033

Il commence à se faire tard, il faut rentrer à Methana pour laver les enfants et retrouver Philippe au restaurant pour goûter une autre spécialité grecque. Cette fois-ci, nous sommes allé nous garer tout au bout de la digue et nous dormons bercés par le clapotis des vagues.

Mardi 05 août 2014

Pour ce matin, programme sensiblement identique : nous nous préparons, puis nous passons un petit coup de fil à Philippe afin qu’il nous rejoigne et passe une journée de visite avec nous. Nous prenons la route cette fois en direction d’Epidaurus et de son théâtre antique.

En arrivant sur le parking du site, comme il est midi et que la visite va durer plusieurs heures, nous sortons la table et les chaises de la soute pour manger dehors, à l’abri des arbres. Une pastèque très fraîche fait beaucoup de bien avec la chaleur étouffante que nous subissons.

Nous entrons sur le site archéologique d’Epidaurus et commençons par le grand amphithéâtre. Il est très impressionnant. Nous testons les qualités acoustiques de ce genre d’édifice, et oui, en effet, même en parlant doucement, l’orateur reste audible jusqu’en haut des gradins.

IMG_0041

Nous continuons la visite et apprenons que, dans l’antiquité, Epidaurus était une centre de soins réputé. Tour à tour, nous pouvons voir les ruines des logements, du restaurant, du stade, du bâtiment des soins.

IMG_0043

Grâce à la traduction de Philippe, un guide nous explique que les premières constructions étaient dédiées aux soins. Comme des gens venaient de très loin et payaient cher pour bénéficier des soins, d’autres bâtiments ont été construits pour former un grand complexe. Les romains, quand ils arrivèrent, firent des rénovations et de nouveaux bâtiments, mais avec leurs méthodes de construction. Mais ensuite, les séismes, les incendies, et les invasions successives des chrétiens et des ottomans ont eu raison de la majorité des édifices. Aujourd’hui, comme beaucoup d’autres, le site est classé au patrimoine mondial ce qui permet de financer les fouilles et la reconstruction.

IMG_0048

A la fin de la visite, nous partons au vieux village de Epidavros pour profiter de la plage pendant presque une heure. Philippe arrive à dénicher au fond de l’eau, à moitié enterré dans le sable, un énorme coquillage avec son habitant encore à l’intérieur. Je pense qu’il en fera rapidement un objet de décoration.

Nous revenons ensuite à Methana pour passer notre dernière soirée avec Philippe, devant un verre d’Ouzo et un Souflaki.

Mercredi 06 août 2014

Nous avons dormi au même endroit que la nuit précédente, mais ce matin, les cloches de l’église ont sonné tôt. C’est assez violent comme réveil. Heureusement, le marmonnement de la messe nous a vite replongé dans le sommeil !

Avant de partir, nous retrouvons une dernière fois Philippe qui nous ramène du linge propre. Tous les moyens sont bons pour économiser des lessives !

Nous prenons la route de Navplion et mangeons sur le parking d’une entreprise fermée sur le bord de la route. Pendant notre repas, nous voyons arriver une rangée de nuages noirs. Moi qui croyais qu’il ne pleuvait presque jamais en Grèce, je vais être servi ! Un énorme orage passe au dessus de nous et la route se transforme très vite en torrent. Nous reprenons la route et arrivons sur le grand parking du port de Navplion sous la pluie.

Après une heure de jeux de société, le temps d’attendre, il est temps de s’attaquer (c’est bien le mot !) à l’ascension de la forteresse de Palamidi, en haut de la colline qui borde le centre ville. D’après les guides (nous n’avons pas eu le courage de compter), c’est 999 marches qui nous attendent ! Heureusement que la température a bien baissé avec l’orage … Naturellement, ce que nous ne savions pas et que nous découvrons une fois en haut, c’est qu’il existe une route et un parking de l’autre côté.

IMG_0077

Les enfants arrivent au sommet de l’escalier en bien meilleure forme que nous. Mais la vue depuis la forteresse vaut vraiment le coup ! La hauteur de la colline nous permet de contempler tous les paysages des alentours, autant du côté des terres que vers la baie de Navplion. Pour ne rien gâcher, la forteresse elle-même est vraiment très impressionnante.

IMG_0082

Nous marchons pendant presque deux heures en admirant les différentes fortifications. Malheureusement, un second orage nous rattrape juste quand nous nous apprêtions à redescendre. Nous attendons une petite demi-heure à l’abri et attaquons la descente.

IMG_0084

IMG_0096

Arrivés en bas, les jambes tremblantes après l’effort, nous retournons au camping-car, sur le port, et nous nous préparons à dormir. nous avons bien besoin de sommeil réparateur !

Jeudi 07 août 2014

Aujourd’hui, nous décidons d’aller visiter les sites archéologiques de Mikines : Mycenae. Après les préparatifs habituels du matin et quelques courses, nous prenons la route vers le nord.

Arrivés sur le parking vers 12h30, nous partons visiter le Trésor d’Atreus. C’est une tombe grandiose en forme d’ovale pointue orientée vers le haut. Une grande allée permet d’entrer dans le pan de montagne. Sur la droite de la chambre funéraire, une seconde pièce est visible, mais seulement de la porte car le manque de lumière rend l’entrée dangereuse.

IMG_0101

Sur le côté du Trésor d’Atreus, on peut voir trois maisons en ruines datant de la même époque (13ème siècle avant J.-C.).

Nous retournons au parking pour manger. Il est d’ailleurs temps car une petite averse commence à tomber.

Après le repas, nous repartons visiter le site principal de Mycenae. Le tour commence par le passage sous la Porte des Lionnes, qui doit son nom à la gravure antique au dessus de la porte du site. Nous traversons ensuite successivement un cimetière circulaire, le palace, la maison des colonnes et les maisons des artisans.

IMG_0105

Malgré le fait que ce soit des ruines, on imagine facilement très facilement le côté majestueux de l’architecture. A l’opposé de l’enceinte fortifiée, grâce à la lumière de mon téléphone, nous descendons dans la citerne (entendons réserve d’eau par écoulement naturel) par un escalier sous-terrain jusqu’à 18 mètres de profondeur. En ressortant, il a recommencé à pleuvoir. Du coup, nous nous dépêchons de finir le tour jusqu’au musée où sont exposés tous les objets découverts pendant les fouilles.

IMG_0110

IMG_0115

IMG_0122

Après cette visite, nous reprenons la route en direction de Leonardia. Cette route nous a été conseillée par Philippe car elle longe la mer et le paysage est fabuleux. C’est vrai que nous ne sommes pas du tout déçu de faire ce petit détour. Du coup, nous nous arrêtons sur le bord de la falaise pour dormir avec juste le bruit des vagues pour nous bercer.

IMG_0142

Vendredi 08 août 2014

Ce matin, nous continuons la route du littoral jusqu’à Leonidio puis coupons dans les terres jusqu’à la ville de Sparti. Nous la traversons sans nous arrêter, le guide ne signale rien d’intéressant à visiter. Les paysages de montagnes sont tout de même très beaux. Et visiblement, les grecs sont un peu blagueurs quant à leur signalisation, surtout quand on sait que nous avons eu 40° presque tous les jours !

IMG_0143

IMG_0145

Nous ne roulons tout de même pas très longtemps car juste après Sparti, il y a le château de Mystras et sa ville antique.

Nous nous garons sur le premier parking, en arrivant de la route de Kalamata, celui de la forteresse. Il faut noter que c’est le plus haut des deux parkings, mais que nous ne savions pas qu’il y en avait deux …

Nous commençons donc la visite par l’ascension jusqu’à la forteresse. De cette hauteur, nous découvrons le paysage d’un village fortifié datant du 13ème siècle. La majeure partie des bâtiments sont en ruine, mais la réfection est en court et certains des principaux édifices ont été remis en état. Les différentes églises ont été soit bien conservées, soit restaurées, et nous découvrons des constructions byzantines de toute beauté. Les toits ronds en tuiles roses sont splendides.

IMG_0149

IMG_0151

IMG_0152

IMG_0154

IMG_0156

IMG_0161

Mais voila que la visite se termine. Il faut maintenant remonter tout en haut ! Et l’escalier, en plus d’être très long, n’est franchement pas en bon état. Heureusement, je trouve une famille de français qui me propose de me remonter au parking du haut pour aller chercher le camping-car et le redescendre. Sauvé !

Nous reprenons la route en direction de Kalamata pour rejoindre la côte ouest du Péloponnèse. C’est une très belle traversée de montagne qui nous attend, avec crevasses profondes et sommets vertigineux. Une fois de l’autre côté, nous apercevons Kalamata en contrebas et stationnons le camping-car sur un petit parking panoramique surplombant la baie. Visiblement, nous ne sommes pas les seuls à apprécier ce coin, à peine avons nous fini de manger que des italiens s’installent à côté de nous pour la nuit.

IMG_0164

Samedi 09 août 2014

Après une nuit entrecoupée de musique (voiture bruyante vers 3h du matin), nous nous réveillons et faisons connaissance avec des italiens qui ont élu domicile sur le même parking. Avec quelques explications en anglais, ils nous font découvrir quelques sites naturels que nous ne connaissions pas.

Nous continuons donc vers Kalamata, une très grande ville, et nous prenons la route de chutes d’eau à côté de Charavgi, en direction de Pilos.

Nous ne nous attendions pas à retrouver les mêmes italiens sur le parking des chutes d’eau ! Pique-nique dans le sac à dos, nous partons tous ensemble auprès d’un petit lac naturel. Après quelques plongeons dans cette eau très fraîche, le repas à base de melon, pastèque, sandwich au fromage et raison est très agréable. Nous profitons de ce moment à l’ombre des arbres pour mieux connaître les italiens, habitant à Bologne.

IMG_0166

IMG_0169

Nous décidons d’aller ensemble à Paleokastro, juste à côté de Petrochori, au nord de Pilos, pour profiter d’une très belle plage de sable. Après une heure de route, nous arrivons sur un parking bondé. Cela laisse présager un joli coin. Nous nous remettons en maillots et marchons jusqu’à une belle plage de sable circulaire entourant un bras de mer rond presque fermé. L’eau est chaude et notre seconde baignade de la journée dure presque jusqu’au couché du soleil.

IMG_0183

Nous finissons la soirée dans un restaurant du village. Les enfants sont très fatigués.

Dimanche 10 août 2014

Ce matin, c’est le début d’une journée plutôt détente. Après un petit déjeuner bien à l’ombre, nous retournons, avec nos compagnons italiens, à la très jolie plage pour quelques heures. Il est bientôt midi et il fait très très chaud. Heureusement que l’eau est là pour nous rafraîchir. En nous baladant, nous découvrons un endroit dans la baie où des bulles sulfureuses remontes de temps en temps. La Grèce est définitivement une région volcanique, même si cela ne se manifeste que par des séismes et quelques vapeurs sulfureuses.

IMG_0187

IMG_0195

Nous retournons au camping-car pour prendre notre repas puis reprenons la route vers le nord, en direction de Olympia, lieu des premiers jeux olympiques antiques. Cela fait maintenant plusieurs jours que nous faisons du camping sauvage, et nous devons faire une étape en camping afin de faire des lessives. Nous repérons le camping Tholo qui est en bord de mer et au plus près de la route que nous prendrons pour aller à Olympia. Nous nous arrêtons pour deux nuits.

Lundi 11 août 2014

Occupation principale : repos, lessive, vaisselle, nettoyage du camping-car et plage. Quel programme !

Mardi 12 août 2014

Je profite de notre matinée pour faire toutes les opérations usuelles pour un camping-cariste : vidanges des réservoirs sales, remplissage des réservoirs propres, nettoyage de l’intérieur. Nous partons du camping vers 11h30 et nous dirigeons vers le site archéologique de Olympia.

Après à peine une heure de route, nous arrivons dans la ville d’Olympia. Nous nous rendons compte très rapidement que ce site attire énormément de monde et que le parking prévu est minimaliste. Du coup, dans le village, des voitures, des camping-cars et des bus sont garés partout ! Nous trouvons une place dans la rue qui mène au parking saturé. Au vu de l’heure, nous prenons notre repas avant de partir vers le site.

Dans un premier temps, nous visitons un musée parlant des Jeux Olympiques antiques. Même s’il est petit, ce musée est très intéressant car il explique l’évolution des jeux depuis leur création et pendant plus d’un millénaire. Bon, il a surtout le mérite d’être climatisé. Cette journée est vraiment très chaude comparée aux précédentes !

Nous entrons ensuite dans le site de Olympia. C’est assez impressionnant de voir toutes les constructions qui ont été faites à l’époque pour des compétitions sportives. Nous pouvons voir un forum carré prévu pour la préparation des athlètes, un bâtiment rectangulaire pour l’entraînement au lancé de javelot, de disque, et pour la course, les logements de facilités pour les officiels, le stade de course, les thermes et piscines, et divers temples dédiés à des divinités, dont le plus majestueux, le temple de Zeus. Dans l’ensemble, aucun effort n’a été fait pour restaurer les édifices. Les pierres tombées ont juste été alignées, triées par type et forme, à côté des monuments. C’est dommage, mais ça n’enlève rien au côté majestueux du site.

IMG_0199

IMG_0205

IMG_0214

Après la visite, nous prenons la direction de la côte, plus précisément le port de Killini. Nous allons prendre le bateau avec le camping-car pour visiter l’île de Kefalonia. Arrivés sur le port vers 19h, nous voyons que le prochain départ est à 22h. C’est juste le temps qu’il nous faut pour prendre notre repas et faire les douches des enfants dans la file d’attente.

IMG_0228

Après un jeu de Tetris (un technicien du bateau m’a aidé à faire une manœuvre qui m’a amené à 10 cm du mur de droite, et 10 cm du semi-remorque de derrière), et une traversée de une heure et demi, nous voici arrivés en pleine nuit sur l’île de Kefalonia. Il ne nous faut pas plus d’un quart d’heure pour nous éloigner un peu du port et trouver un coin tranquille pour dormir.

Mercredi 13 août 2014

Le camping sauvage choisit à la sauvette à plus de minuit s’est révélé extrêmement calme. Nous nous réveillons tard et reprenons la route vers 11h.

En remontant vers le nord, nous visitons tout d’abord la grotte de Drogarati. Une volée de marches nous permet de descendre dans une grande salle souterraine où l’on peut admirer beaucoup de stalactites et de stalagmites. En plus de la beauté de la grotte, nous profitons de sa fraîcheur.

IMG_0231

IMG_0245

Dans la foulée, nous nous dirigeons vers la grotte de Melissani, aussi appelée la grotte des Nymphes. Cette fois-ci, c’est un gouffre à ciel ouvert de plusieurs dizaines de mètres de profondeur que nous explorons en barque (car une rivière souterraine passe au fond de ce trou). La vue est vraiment très belle et les effets de lumière sont étonnants. Une partie de la grotte n’est pas à ciel ouvert et le guide (tout en ramant) s’amuse à provoquer des échos assez longs.

IMG_0275

Ensuite, nous reprenons à nouveau la route pour allez nous baigner sur la célèbre (dans la Grèce entière, d’après un panneau) plage de Myrtos. Après plus d’une heure de route sinueuse et pas très bien goudronnée, nous descendons un abrupt très important pour arriver sur la plage. C’est là qu’un petit bonhomme en gilet jaune nous dit très gentiment qu’il n’y a plus de place pour se garer … et laisse passer dans la foulée cinq voitures ! Ne voulant pas me fâcher, j’ai fait demi-tour et nous sommes repartis.

Nous voilà donc à nouveau en route, mais cette fois-ci vers le nord de l’île, où nous devrons prendre le bateau demain. Dans une crique, pas très loin du port, nous découvrons la plage de Emblisi. Même si c’est une plage de galets, l’eau est d’une pureté parfaite, et nous nous baignons quelques temps avant de nous installer pour la nuit.

IMG_0280

Jeudi 14 août 2014

Aujourd’hui c’est le marathon (et c’est tombe plutôt bien, c’est grec) des bateaux. Nous allons essayer de partir de Kefalonia par le premier ferry que nous trouverons, puis remonter jusqu’à Igoumenitsa pour reprendre un autre ferry en direction de Corfou.

Le départ se fait plutôt bien car nous démarrons à 10h, ce qui est notre record depuis le début des vacances. Nous arrivons sur le port de Fiskardo à tout juste 10h25, mais ce sera trop tard car le bateau part dans 5 minutes et que nous n’avons pas assez de liquide pour acheter le billet. Dommage, le prochain bateau sera à 13h30. Dur dur pour le marathon ! Ne nous laissons pas aller, cela nous laissera le temps de profiter de ce très joli village et de manger au restaurant. Nous cherchons désespérément un petit restaurant de « giros pita » pas cher, mais c’est plutôt très chic comme coin. Nous nous décidons finalement sur un restaurant sur une terrasse couverte mais ne faisons pas de folie dans la carte.

IMG_0286

IMG_0292

IMG_0287

La traversée se fait donc tranquillement pendant presque une heure et demi et nous prenons tout de suite après la route vers le nord. Nous découvrons une des routes les mieux entretenues que nous ayons eu à emprunter depuis le début de nos vacances. Du coup, le trajet se fait plutôt rapidement et nous arrivons sur le port d’Igoumenitsa un peu avant 18h30. Je fais rapidement le tour des sociétés présentes pour la traversée vers Corfou. J’abandonne vite l’idée de partir à la demi et choisis un bateau partant à 19h.

IMG_0304

La traversée a duré deux heures et nous devons vite trouver un endroit pour dormir. Mais là, c’est un peu comme une croisade … nous sommes en pleine nuit, sur une grande route, et aucun parking en vue. Si par malheur nous essayons de prendre une petite route sur le côté, nous nous retrouvons bloqués dans un village avec de toutes petites rues. Bref, la galère !

Après avoir roulé une heure, nous trouvons un parking sacrément en pente, le long de la route, à l’entrée d’une carrière de pierre (pour fabrication de béton). Heureusement, la carrière a l’air abandonnée. Malheureusement, la route est plutôt passagère.

Vendredi 15 août 2014

Ce matin, avant de partir, nous étudions attentivement le guide et la carte pour savoir ce que nous ne devons pas rater sur l’île de Corfou. Nous prenons donc la route en direction du nord ouest, le village de Sidari.

Les routes sont souvent étroites, toujours cahoteuses. Il faut donc tout le temps freiner pour se ranger et laisser passer une voiture, faire un coup de volant pour éviter un gros trou, histoire de ne pas casser le camping-car. Cette île est définitivement prévue pour les scooters et les quads, éventuellement les toutes petites voitures.

Le village de Sidari est à l’image du reste de l’île : beaucoup d’hôtels et de chambres à louer, pas mal de restaurants et de boutiques de souvenirs, et une grande plage. Celle-ci nous déçoit un peu d’ailleurs. Deviendrions-nous pointilleux ? La plage n’est pas très propre, l’eau, pas vraiment claire. Nous nous baignons quand même pour nous rafraîchir et nous repartons vers d’autres cieux.

IMG_0314

D’après le guide, le village de Paleokastritsa est LA baie à aller voir, même si elle prise d’assaut chaque jour par des dizaines de bus de touristes de tous horizons. Nous tentons quand même le coup.

Notre première difficulté aura été de comprendre que les petites routes de l’île nous emmènent toujours dans des petits villages avec des rues à peine plus larges que le camping-car. Après pas mal de temps perdu à faire des marches arrières, des demi-tours, nous nous résignons à ne pas suivre la côte, pourtant très belle, et à regagner la « grande » route centrale qui redescend vers Kerkira, le port. Nous passons tout de même par la route panoramique qui offre une vue splendide sur les criques de Paleokastritsa. Heureusement pour nous, les seuls bus que nous avons croisés sont passés pendant nos arrêts photos. Là encore, la route était vraiment très étroite par endroits.

IMG_0317

Arrivés au bord de l’eau, nous découvrons une superbe petite baie avec une eau transparente et une plage mélangeant sable et petits cailloux très fins. Nous avons la chance de pouvoir nous garer très rapidement (à peine dix minutes d’attente) dans le parking de la plage qui est pourtant déjà saturé.

Après toutes ces émotions, la journée se finit le plus calmement possible, en baignade sans fin dans un paysage de carte postale. Les bords de mer de Corfou sont vraiment splendides.

IMG_0319       IMG_0320

IMG_0321

Samedi 16 août 214

Aujourd’hui, nous décidons de visiter un peu le sud de l’île et de revenir vers Kerkeira pour prendre le bateau de 18h30. Nous remontons de Paleokastritsa par la route principale et regagnons celle qui traverse l’île du nord au sud.

Après avoir traversé la périphérie de Kerkeira et longé la côte est du sud de l’île, nous changeons de côté pour aller voir la plage de Agios Georgious. Le guide en dit le plus grand bien car on peut y voir des dunes de sables, choses plutôt rare en Grèce. Le chemin n’étant pas très bien indiqué, nous cherchons un peu avant de trouver les fameuses plages. Mais ça commence à devenir une habitude : les panneaux indicateurs sont souvent une denrée rare en Grèce.

IMG_0326

Il est déjà quasiment midi quand nous arrivons sur la plage et le soleil est très chaud. Les enfants jouent quand même une bonne heure dans le sable et la mer. Pour eux, le moindre bout de bois devient un bateau en perdition dans les vagues venant mourir sur la plage.

Nous nous écartons un peu de la plage pour prendre notre repas. Puis nous reprenons la route vers le nord pour retrouver la grande ville de l’île : Kerkeira. Nous longeons à nouveau la côte est. Le paysage est magnifique. Nous pouvons voir beaucoup de toutes petites plages au bord de la route et l’eau est transparente, même turquoise par endroits.

Nous arrivons à Kerkeira, dans le centre ville très encombré, et allons nous stationner sur le bord d’une avenue, près de l’ancienne forteresse. Celle-ci forme un petit appendice de terre, une avancée dans la mer. Les bâtiments sont encore partiellement occupés par des services administratifs (entre autres les archives de Corfou) et la principale chose à voir est le sommet de la forteresse avec son phare ancien et sa vue imprenable sur la baie, le vieux port, la nouvelle forteresse et la vieille ville. La prison vénitienne, qui peut être visitée, semble fermée en ce moment. De toute façon, si nous voulons prendre le bateau de 18h30, nous n’avons pas beaucoup de temps devant nous.

IMG_0329

IMG_0335

Après avoir profité de la petite ballade et admiré la vue tout autour du sommet de la forteresse, nous regagnons le port et prenons nos billets de retour. L’embarquement se fait tranquillement, le bateau est au trois quarts vide.

Fraîchement débarqués, nous revenons en arrière de quelques kilomètres sur notre circuit afin de trouver un camping en bord de mer. Demain, nous aurons notre seconde étape lessive et nettoyage en tout genre.

Dimanche 17 août 2014

Journée de repos en camping avec lessives, sieste, nettoyage du camping-car et plage … tout un programme !

IMG_0342

Lundi 18 août 2014

Aujourd’hui, départ du camping pour aller voir les Météores, ces formations rocheuses pittoresques au sommet desquelles des moines un peu fous ont construit six monastères. Cela fait un gros trajet de plus de 200 km et notre départ commence mal, la batterie du camping est à plat. Nous avons dû tirer un peu trop dessus pour recharger l’ordinateur et les téléphones. Heureusement, l’entre-aide légendaire des campeurs entre en action. Un italien et un allemand se pressent pour m’aider à redémarrer le camping-car grâce à des pinces électriques et une autre voiture. Le plus dur reste à trouver où brancher tout ça sur notre véhicule … Une demi-heure après, nous revoici sur la route.

IMG_0343

Après plusieurs heures de route et une pause repas, nous arrivons à Kastraki un peu avant 16h. Nous nous garons pour faire une petite ballade de quelques dizaines de minutes. Nous remontons le village pour arriver à son point le plus haut, près du cimetière. Nous découvrons petit à petit des maisons construites presque sous les aplombs rocheux. Ils n’ont vraiment pas peur de prendre un caillou sur la tête ! Sur la droite du cimetière, un petit sentier pédestre monte à travers la forêt, tout d’abord en escalier jusqu’à une petite chapelle, puis en chemin de terre assez raide. Au bout du chemin, nous sommes entourés de grandes colonnes de pierre. Le paysage est sublime. Nous pouvons même voir de petites cavernes. Il semblerait que c’est là que les moines se réfugiaient avant de construire les monastères.

IMG_0345

IMG_0351

IMG_0352

IMG_0364

Nous reprenons le véhicule afin de faire le tour des routes qui parcourent les Météores et découvrir tout ce paysage fabuleux. Nous remontons donc par la route de Kastraki et zigzaguons entre les grands massifs rocheux pour passer successivement devant les monastères de Agios Nikolaos Anapafsas, Roussanou, Varlaam, et tout en haut Grand Meteoro. A cet endroit, nous sommes au point le plus haut de la route et la vue est splendide. Nous redescendons donc vers Kalambaka afin de voir les deux derniers monastères : Agia Triada et Agios Stephanos. Les arrêts se succèdent et les vues sont toujours différentes et impressionnantes.

IMG_0369

IMG_0370

IMG_0374

IMG_0385

Il ne nous reste plus qu’à faire quelques courses, mais il est déjà tard. Heureusement pour nous, les Lidl grecs ferment à 21h !

Nous partons vers la grotte préhistorique de Theopetra, à quelques kilomètres sur la route de Trikala. Nous pensions dormir sur le parking de la grotte, mais après une série de virages serrés, nous nous retrouvons nez à nez avec une grille fermée. Il est un peu plus de 20h et le site est fermé. Impossible d’accéder au parking ou de faire demi-tour ! Nous devons faire une longue marche arrière jusqu’au précédent virage afin de pouvoir manœuvrer et repartir en marche avant.

Finalement, nous nous arrêtons sur un petit terrain vague, juste en bas des virages. Un vieil homme vivant juste à côté vient nous voir, un peu inquiet, afin de voir ce que c’est. Je lui explique tant bien que mal que nous voulons dormir ici afin de visiter la grotte le lendemain. Au final, quand il comprend que nous sommes des touristes français, il est ravi et nous souhaite une bonne nuit en grec (« calinichta »).

Mardi 19 août 2014

Ce matin, nous arrivons très tôt à notre première visite. Etant donné que nous avons dormi à moins de cinq minutes de route de la grotte, nous y arrivons à seulement 10h30 !

La grotte préhistorique de Theopetra n’est pas très grande (au jugé pas plus de 20 mètres de profondeur), mais, d’après les panneaux de l’entrée, elle semble être la plus importante découverte de cette époque en Grèce. Nous pouvons y découvrir des traces de vie datant du Néolithique : des ossements (tombes), des traces de feu, des enclos pour animaux creusés à même la pierre, des murs séparant des habitations (très rudimentaires), et pour finir, un emplacement ou ils taillaient les pierres et les os (ils ont trouvé beaucoup de fragments liés au travail effectué par les habitants de l’époque).

Nous continuons notre chemin vers Delfi et, même s’il y a beaucoup de kilomètres à faire, nous avons bon espoir de pouvoir visiter le site aujourd’hui.

Après un peu plus de 250 km sur les routes grecs, soit environ quatre heures de route et une heure de pause repas, nous arrivons enfin sur le site archéologique de Delfi ! Il est encore temps pour nous de prendre un petit goûter et de partir visiter les ruines.

Le site est très grand et entièrement en pente à flanc de montagne. La visite se fait donc en montant un chemin fait de gravillons et d’escaliers. Nous traversons tout d’abord une Agora, qui représentait l’entrée des lieues, avec des emplacement réservés aux magasins vendant souvenirs et offrandes.

IMG_0391

En continuant le chemin, nous traversons un groupe de « trésors », petits bâtiments remplis à l’époque d’offrandes aux dieux. Chaque « trésor » était financé par une des ville-états qui formaient la Grèce Antique. Aujourd’hui, seul le Trésor des Athéniens est encore debout, mais il montre bien à quoi pouvaient ressembler les autres.

IMG_0394

IMG_0395

En continuant la visite, nous arrivons devant le temple d’Apollon. Le socle de l’édifice est encore entier, mais seules quelques colonnes sur un des angles sont encore debout.

IMG_0397

IMG_0399

Juste au-dessus, on peut voir un petit amphithéâtre en très bon état.

IMG_0408

La visite se continue par une ascension de plus d’un quart d’heure en direction du dernier monument : le stade. A l’entrée, on peut encore voir la base des quatre colonnes qui supportaient les trois arches permettant aux athlètes d’entrer. Sur tout le reste du contour, des gradins permettaient aux spectateurs d’assister aux épreuves. Au milieu des gradins, sur le côté nord, une rangée de sièges avec dossier étaient réservés aux juges de course.

IMG_0415

IMG_0414

En redescendant, nous avons une vue plongeante sur les différents éléments sur fond d’un très beau paysage de montagne.

IMG_0407

Il commence à se faire tard, la visite a duré plus de deux heures. Nous avançons jusqu’au village suivant en direction d’Athènes et nous garons pour la nuit sur un immense parking sur le bord de la route.

IMG_0428

IMG_0434

Mercredi 20 août 2014

Nous reprenons la route vers Athènes, dernière étape de notre périple. Nous avons encore environ 200 km à partir pour rejoindre la capitale et nous avons pu expérimenter pendant deux semaines et demi qu’il est impossible de faire des pointes de vitesse sur les routes grecques.

Nous décidons de passer voir le loueur de camping-car afin de récupérer nos valises et de nous faire recommander un camping avec une facilité d’accès en transport en commun vers Athènes. Nous arrivons au camping vers 15h. Il est à Neo Matri, sur la route qui part en direction de Marathon. Même s’il est assez loin, il est juste à côté d’un arrêt de bus allant vers la capitale. Et si le confort est plutôt rustique, il est très calme. Nous nous préparons pour finir notre journée en visite de quelques monuments.

L’arrêt de bus est un simple panneau bleu sur le bord de la grande avenue. Il n’y a ni horaire de passage, ni nom de société de bus. La seule indication que nous ayons nous a été donnée par le gérant du camping : le bus passe « environ » toutes les 30 minutes. Nous devons l’avoir loupé de peu, car après 25 minutes d’attente sous le soleil et plusieurs bus ne voulant pas s’arrêter (ils n’avaient apparemment rien à voir avec cette ligne), nous sommes enfin en route vers Atnènes.

Petite astuce en ce qui concerne les bus ralliant Athènes : toujours demander à être déposé au premier arrêt de métro rencontré. Vu la circulation, le trajet vers le terminus sera toujours plus long et plus cher, même en comptant le prix du billet de métro.

Après notre petit trajet bus/métro, nous arrivons enfin au pied de l’Acropole. La colline est assez impressionnante car elle surplombe toute la ville. Même d’en bas, on peut apercevoir une partie des monuments qui occupent son sommet.

IMG_0436

Nous prenons un billet pour monter visiter l’Acropole et commençons l’ascension. En chemin, nous pouvons regarder le Théâtre de Dionysos. Il est beau et plutôt bien conservé, mais celui d’Epidaure reste le plus grand et le plus beau de notre voyage. Nous continuons le chemin pour arriver à l’entrée du site, le sommet de l’Acropole.

IMG_0452

La dernière volée de marche est entourée de colonnes et une grande porte nous permet d’arriver sur le grand espace occupé par plusieurs temples. Le plus impressionnant est naturellement le Parthénon qui occupe presque toute la partie droite de l’esplanade.

IMG_0455

IMG_0465

Sa colonnade est presque intacte et l’ensemble est vraiment splendide. Nous faisons le tour pas la droite et admirons en passant la vue sur la ville. Elle est très étendue, mais malheureusement, à part les quelques monuments antiques, il n’y a pas grand chose de beau dans cette ville.

IMG_0457

Nous redescendons de l’Acropole. Il commence à se faire tard. Nous mangeons dans un restaurant avant de reprendre métro et bus en direction du camping. Quand nous arrivons, il est déjà 22h passé et il est largement temps d’aller se coucher. La journée de demain va être longue.

Jeudi 21 août 2014

Nous nous réveillons un peu tard, et après nous être préparés, nous allons prendre le bus vers 12h30. Arrivés vers 13h30 au pied du de l’Acropole, nous cherchons un petit restaurant … il faut bien prendre des forces. Le quartier est vraiment touristique : deux sandwiches, une assiette de pâtes, une salade et quatre sodas de 25cl (même pas une canette de 33cl comme en France !) nous coûte tout de même plus de 30 € !

Le billet acheté hier au pied de l’Acropole nous donne droit à la visite de 7 monuments. Nous en avons vu deux hier soir, il en reste cinq. La principale question est de savoir où ils sont ! Nous trouvons un plan du quartier (en fait, c’est un publicité pour un restaurant avec un plan du quartier …) et l’étudions un peu. En dehors de l’Acropole, seuls le Temple de Zeus, le musée de l’Ancien Agora et Keramikos apparaissent sur le plan.

Nous sommes donc partis vers le Temple de Zeus qui est à seulement quelques rues de l’Acropole. Même s’il n’en reste que quelques colonnes, dont une écroulée au sol, ce temple est très impressionnant par sa taille. Les colonnes encore debout sont très hautes, mais c’est en regardant celle qui est étalée au sol qu’on se rend le plus compte de la masse de chacun des éléments qui la compose.

IMG_0493

IMG_0487

Le tour du monument est très vite fait. Nous en profitons tout de même pour nous faire expliquer où sont ceux que nous n’avons pas pu trouver sur le plan.

Nous reprenons le métro sur quelques station (un peu plus que prévu en fait, car nous nous trompons dans le plan … à croire que nous n’avons jamais vécu à Paris!) pour rejoindre l’Agora Romaine et la Bibliothèque d’Adrien, juste à la sortie de la station Monastiraki. Ces deux monuments sont relativement petits et presque intégralement détruits et nous passons rapidement à autre chose.

IMG_0496

Il est déjà 18h et une petite pause « boissons fraîches » s’impose ! Nous traînons un peu à la terrasse d’un café (avec ventilateur/vaporisateur, un subtil concept très efficace !) dans une rue le long du musée de l’Ancien Agora.

Vu l’heure, nous faisons juste un petit détour pour aller voir le site de Keramikos, le vieux quartier des potiers, à travers la clôture de l’enceinte. Ca a l’air plutôt joli, avec de petites rues, les restes d’un canal, et des ruines de maisons organisées autour.

Nous retournons au camping à travers métro et bus. C’était notre dernière journée de visite. A partir de maintenant, il faudra organiser notre retour en France.

Vendredi 22 août 2014

Aujourd’hui, très peu de choses à dire. La journée est occupée à ranger, nettoyer, se reposer, et aller un peu à la plage (faut pas se laisser non plus !). Nous rendons le camping-car demain matin et tout doit être propre et les valises prêtes au départ.

Samedi 23 août 2014

C’est le jour du départ. Je vous passe les détails (retour du camping-car chez le loueur, avion, et trajet Le Cannet de Maures / Nantes le dimanche).

Dressons juste un petit bilan de ce que nous allons retenir de la Grèce :

  • Le plus bel amphithéâtre est celui d’Epidaure.
  • Les meilleures plages sont sur la côte ouest du Péloponèse, en particulier celle de Paleokastro, au nord de Pilos.
  • Les routes de Corfou sont vraiment très étroites.
  • Les grecs sont généralement très accueillants et serviables.
  • Le respect du code de la route est une totale approximation.
  • Le respect des horaires aussi (surtout pour les bus).
  • Il ne faut jamais partir en ballade sans chapeau, crème solaire et bouteilles d’eau. C’est une question de survie en été.
  • Il ne faut surtout pas oublier de visiter Delfi et les Météores. Ce sont deux sites incontournables du nord de la Grèce.

Il y a certainement encore beaucoup d’autres choses à dire, mais nous nous arrêterons là ! A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*